Où vais-je? Qui suis-je? Mais.. mais qu'est-ce qui nous arrive?

Il ne faut pas se leurrer, si on voyage c'est tout d'abord pour soi. Assez égoistement, c'est la soif de découverte et de dépassement qui pousse à se genre de voyage.

 

On aurait pu choisir un thème qui nous servirait de fil conducteur, une cause qu'on aurait défendu en créant une assoc, avec laquelle on aurait démarcher des sponsors pour se financer.. etc. On aurait pu.

Mais cela ne dissimule-il pas le but premier qui est de voyager? Pourquoi le simple fait de découvrir les autres peuples qui partagent cette planète avec nous et d'apprendre un peu plus sur eux ne pourrait pas suffire comme leitmotiv? Qu'adviendrait-t-il de l'association créée après le voyage? A-t-on la prétention de pouvoir apporter quelque chose aux personnes que nous croiseront? D'améliorer leurs quotidiens? Un périple à vélo ne semble pas le meilleur moyen pour cela... éphémères nomades qui peineront à comprendre les diverses sociétés rencontrées. Un voyage à vélo, pour les auteurs comme pour les spectateurs-lecteurs, a un coté sportif, distraction qui se prète mal à soutenir une cause sérieuse. Et à vouloir tout mélanger, on risque finalement de déservir la cause soutenue.

En revanche, le voyage peut (et doit?) amener à se poser des questions sur soi, les autres, nos manières de vivre et si possible être partager avec son entourage (si celui-ci est d'accord, promis nous n'obligerons personne à assister aux soirées retrospectives de diapos. En revanche des interrogations écrites surprises sur le contenu du présent blog ne sont pas exclues..), attirer l'attention sur des sujets pas forcément mediatisés chez nous etc.

Bon, tout ça de toute façon, on aura le temps d'y penser quand on pédalera, on va pas vous embéter avec maintenant!

 

Voyager "pour nous-même" ne nous empéchera donc pas de partager les belles découvertes comme les galères et de promouvoir, personnellement, des valeurs importantes à nos yeux, des causes citoyennes qui nous tiennent à coeur (Hé hé vous croyiez que vous alliez pouvoir y échapper hein!).

 

 

Tous deux sensibles aux questions environnementales, nous essaierons de faire en sorte que ce voyage ait un impact réduit sur l'environnement. C'est vrai qu'on nous le sert à toutes les sauces en ce moment et mais quand on aime on ne compte pas alors vous etes bon pour nouveau tartinage.

 

Bien sur les modes de transport correspondent a ce choix.

En traversant ces deux continents à la force de nos petits mollets, ce sera peut-etre l'occasion de sensibiliser quelques personnes sur les avantages de ce mode de transport qu'est le vélo. Assez rapide (en ville c'est kif kif avec la voiture avec tous les feux et encombrements), propre, pas cher, bon pour la santé, il a tout pour plaire! Et dire que des personnes de notre entourage continuent à faire le trajet maison-travail en voiture.. même quand il n'y a que 2 ou 3 km.... et qu'ils ont un super vélo... et des transports en communs pratiques... ts ts ts ts (ceux qui veulent la liste des noms des suscités galopins peuvent nous écrire)

 

L'avantage du vélo en voyage c'est qu'il laisse une grande place aux rencontres. Le voyageur n'est pas enfermé dans son habitacle, il est plus accessible, plus vulnérable aussi mais plus disponible pour un arrêt impromptu, un échange de sourire, une salutation, choses difficiles dans une carapace de métal qui file à toute allure.

 

 

Les rencontres sont l'essence du voyage; même courts, partager des petits moments avec les personnes croisées sur la route est toujours agréable, cela s'inscrit dans le désir de découvertes. Malheureusement le voyage itinérant ne permet pas d'échange dans la durée, le voyageur va de rencontre en rencontre sans toujours avoir le temps de mieux comprendre la population qu'il croise, son mode de vie. Pendant notre voyage, nous avons donc choisi de nous sédentariser un petit peu, pour passer 3 mois au Népal, pendant lesquels nous travaillerons avec l'association Solhimal (Solidarité Himalaya), et pendant lesquels nous pourront partager un peu plus la vie du pays et de ses habitants tout en essayant de rendre notre temps libre utile.

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Jean Marie Gerbeaux (vendredi, 11 décembre 2009 06:27)

    Hello Romain, j ai recu l adresse grace a radio moquette des mamas ! et je suis content de ce "pourquoi" je m y retrouve assez bien, j ai toujours trouvé ca fort le café les assocs qui finalement dans leur budget ont 30 000 euros pour faire voyager 2 types et 4 sac de riz en alibis au bout du monde ! Bravo et bonne route !

  • #2

    ThibaudD (dimanche, 22 août 2010 02:12)

    Je dois dire que je suis stupéfait d'un tel voyage. Vous êtes de vrai globe trotteur. Bravo !