Beijing - Lhassa

Le trajet de train entre Pekin et Lhassa dure 48 heures, soit deux journees et deux nuits entieres. Nous decidons quand meme de prendre des places assises, les couchettes etant deux fois plus cheres. On se retrouve donc dans un wagon bondé, ou plusieurs personnes se retrouvent sans siege malgre l'achat du billet au meme prix que nous. Deja, on se disait que 48h sur des places assises, ca pouvait etre long, mais en plus avec un siege pour deux, ca devient vraiment difficile : chacun prend son tour pour dormir. On retrouve donc des voyageurs un peu partout, certains dormiront dans le couloir, d'autres sur les lavabos...

Une bonne nuit en perspective, Julien et Romain dans l'allee sous les jambes de Nico
Une bonne nuit en perspective, Julien et Romain dans l'allee sous les jambes de Nico

L'ambiance dans le train change au rythme des arrets en gare : on part de Pekin avec une majorite de Chinois puis, petit a petit, des tibetains montent avec leurs traits differents, leurs habits traditionnels, leurs coiffures colorees... Le depaysement est fort, on a un peu l'impression de changer de pays, de culture.

Remontage des velos a l'arrivee a Lhassa, sous le regard attentif du controleur
Remontage des velos a l'arrivee a Lhassa, sous le regard attentif du controleur

A l'arrivee a Lhassa, on ne fait pas trop les malins : on ne sait pas vraimant si le fameux permis nous sera demandé. La presence de militaires a chaque coin de rue n'est pas faite non plus pour nous rassurer. Finalement, on se ballade sans aucun probleme, et la police ne s'interesse pas du tout a nous. Elle est plutot la pour assoir la presence chinoise dans la ville et prevenir toute manifestation des tibetains (comme ce qui a pu se passer en mars dernier).

Surtout ne bougeons pas, ils ne nous ont pas vu ! (Les premiers moments, on etait toujours un peu stressé a cause du permis, ou plutot de son absence..)
Surtout ne bougeons pas, ils ne nous ont pas vu ! (Les premiers moments, on etait toujours un peu stressé a cause du permis, ou plutot de son absence..)

Lhassa est divisée en plusieurs quartier bien marqués: le quartier chinois, avec ses grandes avenues, ses grands magasins et ses petits restaurants (rien de tres intéressant en fait), le quartier musulman toujours tres animé et le quartier tibetain qui a gardé tout son charme et sa spiritualité. Au milieu de tout ca, l'imposant palais du Potala rappelle la riche histoire de cette ville. Palais d'hiver du Dalai dama depuis le 7eme siecle, il acceuillait également l'administration traditionnelle du Tibet. Le palais du Potala est composé d'un palais rouge, au centre et d'un palais blanc en périphérie. Le palais rouge, lieu de culte, était entierement dévoué aux études religieuses et aux grandes cérémonies. Il acceuille également les tombeaux des différents Dalai-lama dont certains sont richement recouverts de plusieurs tonnes d'or et de pierres précieuses. Le palais blanc était le lieu de vie des differents Dalai-lama et de leurs moines. Il fut construit par le 5eme Dalai-Lama et achevé par le 13eme Dalai-lama. Aujourd'hui encore, le palais du Potala symbolise le bouddhisme tibetain et des centaines de pélerins viennent chaque jours se prosterner devant les differentes chapelles qu'il héberge (nous vous epargnerons la description des differentes chapelles..).

L'imposant palais du Potala, residence des dalai-lama
L'imposant palais du Potala, residence des dalai-lama

Le deuxieme lieu de culte important de Lhassa apres le Potala est le temple de Jokhang sur la place du Barkhor. C'est meme le lieux qui nous a le plus marqué par la ferveur qui s'en dégage. Autant le Potala est un peu une coquille vide (tres peu de moines l'habitent encore), essentiellement vouée a se remémorer l'histoire du Tibet, autant une "promenade" autour du temple de Jokhang ne peut vous laisser insensible.

Tout les matins depuis le rétablissement de la liberté des cultes au Tibet, une foule de pelerins, equipés d'un moulin a priere ou d'un chapelet (et parfois meme d'un masque, mais ca c'est une autre histoire..) vient tourner autour du temple, dans le sens des aiguilles d'une montre (ce cheminement s'appelle le kora), récitant des prieres.

Les foules de pelerins autour du temple de Jokhang
Les foules de pelerins autour du temple de Jokhang

Et chaque matin le meme rituel, on vient tourner autour du Jokhang, puis se prosterner sur la place Barkhor. Les pelerins se prosternent en faisant des kjangchag, ce qui consistent a prier debout puis s'agenouiller et s'allonger en tendant les mains vers l'avant, puis se relever et ainsi de suite pendant le temps qu'ils souhaitent. Ils utilisent des cales en bois sur les mains (pour mieux glisser) et on reconnait les plus assidus aux cales qui se forment sur leur front a force de toucher le sol de leur tete..

Certains utilisent cette "technique" pour faire, metre par metre, le tour du temple ou meme pour rejoindre Lhassa depuis les contrées les plus reculées du Tibet, en recommencant les kjangchag a l'endroit ou il avaient les mains quand ils etaient allongés. Il est impressionant de constater la motivation de ces pélerins pour faire des centaines de kilometres en se prosternant de la sorte (on en a vu dans le train en arrivant a Lhassa, puis autour du temple et enfin en quittant Lhassa a vélo..).

Les tibétains ayant effectués ce pelerinage jusqu'a Lhassa beneficient de la gratitude de leur peuple pour se nourrir.

Les bruleurs d'encens devant le temple de Jokhang donnent une atmosphere particuliere a ce lieu
Les bruleurs d'encens devant le temple de Jokhang donnent une atmosphere particuliere a ce lieu

Une grande partie des rues et batiments autour du Jokhang ont été récemment détruits et remplacés par des avenues plus grandes et de nouveaux batiments par les autorités chinoises sans que cela n'altere la ferveur des tibetains a venir se receuillir. Heureusement l'immediate proximité du temple a gardé son charme et tout le long du kora des dizaines d'étals proposent la panoplie du parfait petit pelerin. On y trouve donc des moulins a prieres et des chapelets bien sur mais aussi de l'encens ou du beurre de yak a faire bruler ou des offrandes et des drapeaux de prieres etc.

Sur la place du Barkhor, les pelerins se prosternent devant le temple
Sur la place du Barkhor, les pelerins se prosternent devant le temple

Lors de notre sejour dans la ville nous decidons aussi d'aller passer la nuit pres du monstere de Drepung, sur les hauteurs de Lhassa. Ce monastere formait, au temps de sa splendeur, l'une des plus grandes cités monastiques au monde et accueillait pres de 7000 moines.

Nous partons donc avec Camille et Julien (qui ont loué des vélos pour l'occasion), mais en arrivant pres du monastere, en prenant soin d'éviter le check-point des militaires, nous sommes accueillis par un moine qui nous explique que la visite n'est pas possible sans guide (et donc sans permis).Le policier qui l'accompagne (qui lui ne parle pas anglais) comprend de toute facon rapidement que 4 touristes en vélo par ici, c'est qu'ils n'ont pas de permis.. Mais il nous laissera tout de meme repartir comme ca.

Nous sommes bon pour un retour a Lhassa mais ces quelques kilometres auront suffi a Romain pour casser sa chaine et son derailleur... Heureusement, en face de notre hotel il y a un magasin de velo et dedans, un derailleur, qui devra bien faire l'affaire pour la suite!

Une rue marchande de Lhassa
Une rue marchande de Lhassa

Écrire commentaire

Commentaires : 12
  • #1

    bp bm le 4 sept 2009 9 h 15 (mercredi, 04 novembre 2009 09:35)

    de plus en plus super vos photos et commentaires vous avez du faire du charme pour passer les frontieres meme bonne maman vous suit tous les jours quand je lui branche l/ordi ici la pluie est arrivee ouf: il etait remps surtout emmagasinez bien tout pour faire vos memoires au retour a publier 20euros par exemplaire pas cher pour vous rembourser des pourboires des frontieres nico as tu des nouvelles des cousins ils sont un peu flemmard de la plume ici no problemes majeurs a bientot gros bisous bm bp

  • #2

    Vince BZH (mercredi, 04 novembre 2009 11:10)

    Dis donc, pas cons ces Tibetins ! Eux aussi ils ont des vélos avec des charettes derrière (surement pas du Lapierre), et d'ailleurs je propose une course, avec en jeu un kilo de beurre de Yak !
    Vous allez vous régalez là, ça a l"air terrible comme tout. Ces ciels bleus depuis le début, c'est génial. Y a longtps qu'on en a pas vu en Bretagne !!
    Enjoy - Kenavo
    Vince

  • #3

    Michel (mercredi, 04 novembre 2009 13:29)

    Nous suivons votre parcours sur Google Earth, vous devez être sur le 318 national Rd.... La route a l'air bonne a part quelques portions d'éboulis (attention aux chutes de pierres ..) et vous suivez Lhassa river qui a du rejoindre Tsangpo river. C'est assez minéral comme paysage mais vous ne devrez pas manquer d'eau vu la taille de la rivière! on ne se rend pas compte des cols ... courage.

  • #4

    Francine Marteau (jeudi, 05 novembre 2009 14:59)

    Salut,

    Je suivais déjà attentivement votre parcours mais là les photos du Tibet vont me rendre vraiment accro, c'est superbe!!!
    Merci à vous de partager toutes ces images et ces moments exceptionnels.

    Romain ton Tiramisu va nous manquer le samedi 14 novembre au Troc pour la soirée ADF.
    Le calendrier 2010 est presque prêt et on a une place au village du partage le 6 et 7 décembre pour le vendre, tu en veux un par mail?

    Bonne forme à vous deux pour les cols

    Francine (ADF)

  • #5

    Grandpapa Grand maman (jeudi, 05 novembre 2009 22:44)

    Bonjour Nico,nous venons de voir ensemble la traversée de la chine et de la visite de lhassa. Nous admirons votre courage et partageons votre plaisir à découvrir ces pays si beaux et si différents. Nous regrettons de ne pas vous avoir accompagné et ainsi soigner notre bronchite. Ne vous dépêchez pas, il n'y a pas de champignons.
    Grosses bises

  • #6

    Didier (vendredi, 06 novembre 2009 07:29)

    Salut les barbus!
    bien joué pour l'entrée au tibet sans les papiers. Rien ne vous arrête.
    vos photos commencent à ma rappeler mon voyage au népal de l'année dernière. je suis d'accord que le beurre de yak c pas évident au pti dej. par contre les yaourts au lait de yak j'avais bien aimé.
    Y ont l'air forts les tibétains pour pioncer dans les trains.
    Un train à 5000m ça laisse rêveur...
    Continuez bien
    Didier

  • #7

    Michel (vendredi, 06 novembre 2009 18:56)

    En fait vous avez pris la 101 provincial Rd et non pas la 318 c'est pour ca que je ne voyais pas les cols ! vous n'avez pas choisi la facilité!! Impressionnant le Kampa la Pass et quelle descente sur le Yamdrok Tso lake. le prochain c'est le glacier Gangsang RI alors là, c'est démentiel. Il faudra manger du Yak au petit déjeuner...

  • #8

    Romain (dimanche, 08 novembre 2009 10:21)

    Et oui la 318 c'est tout plat, on est sur la route des cimes, pas la route des plaines et des fonds de vallees hein! (les paysages etaient en effet magnifiques, photos a venir..)

  • #9

    les Brasset (dimanche, 08 novembre 2009 12:34)

    salut Nico!
    c'est une joie d'avoir de tes nouvelles, nous suivons pas à pas tes aventures à pédales grâce à ton site!
    il faut que tu te dépèches de retourner à la Réunion car le piton de la fournaise s'est remis en activité la nuit de jeudi à vendredi!
    sinon tout va bien, un automne banal sous la pluie de Picardie.
    on espère sue tes mollets ne gonflent!
    a bientôt!
    Olivier, Marie, Domitille, Bérenger, Aglaé et Solène

  • #10

    Mag (La Réunion) (mardi, 10 novembre 2009 12:53)

    Ouaip...fan total des photos au Tibet! Faudra faire une expo, obligé! Qui aurait pensé que les moines avaient un supermarché pour leur fringues!?? Et les marmailles, sont où? Les portraits des femmes sans âge sont beaux, bien joué les pti photographes!! Normal, invisitable autrement et puis l'armée ne vous embetera que si vous organisez une manif...bon, à 2 c'est bon, ils vous laissent tranquille! Buuu...du coup ici ça me fait tjs bizarre de voir des meubles tibetains dans les boutiques chinoises, pas des copies et à prix fous...pillage! Pas simple de s'immerger dans cette culture non? mais riche et intense chaque jour surement! Profitez! Nico, tu perds ton bronzage mongol on dirait!! Courage et encore encore de belles photos!
    des bizzzzz
    Mag

  • #11

    Candice (vendredi, 13 novembre 2009 13:13)

    Ca fait plaisir de suivre votre périple à travers vos superbes photos et vos anecdotes. Alors - c'est comment de pédaler à plus de 4000m ??? Heureusement que le fromage de yak est là pour redonner des forces ! Bonne route :)

  • #12

    Yann (lundi, 02 mai 2011 22:29)

    Merci à vous pour vos récis et vos photos. J'ai voyagé 1 an en Asie, Inde, Népal, Tibet, Srilanka, Thaïlande, Laos et c'était pour moi un voyage extraordinaire. J'ai fait ce voyage en utilisant tous les moyens de transport et évidemment en vélo mais pas uniquement en vélo. J'ai pourtant hésité à le faire mais je partais seul. Je vous félicite de l'avoir fait. Tout ça nous manque une fois rentré mais les souvenirs sont inoubliable. Encore bravo pour votre périple "potala@hotmail.fr" Yann