Ulaanbaatar - Beijing

Samedi 25 octobre au matin, sur le quai de la gare d'Oulanbator, nous n'en menons pas large. Le train part dans 10 minutes et la controleuse refuse toujours de nous laisser monter nos cadres de velo dans le train... Bien sur elle ne parle pas un mot d'anglais et toutes nos supplications n'ont pour echo qu'un "NO", sans meme un regard. De toute facon, on DOIT le prendre ce train, notre visa expire dans 16h, soit 3h apres le passage prevu de la frontiere (bon timing!). Quel est donc notre soulagement quand finalement une employee parlant anglais nous autorise enfin a mettre nos velos en tete de train.  

Dans le transmongolien, c'est la grande forme!
Dans le transmongolien, c'est la grande forme!

Dans le transmongolien, il y a beaucoup de voyageurs occidentaux et nous rencontrons de nombreux francais avec qui nous sympathisons. Nous retrouvons d'ailleurs Camille et Julien (que nous avions croisé dans une petite vallée en Mongolie) et avec qui nous passerons les 10 prochains jours car eux aussi vont au Népal via le Tibet.

Le paysage est assez monotone - nous traversons le desert de Gobi - mais les 30 h de train passent finalement tres vite avec toutes ces rencontres.

A Pekin, nous sommes accueilli par Pierre (via couchsurfing) qui habite la ville depuis 2-3 ans et qui nous donne un décryptage rapide de la ville pour les occidentaux fraichement debarqués et un peu paumés que nous sommes!

Dans le centre du vieux Pekin
Dans le centre du vieux Pekin

Au depart, cette megalopole de plus de 15 millions d'habitants ne nous tentait pas trop, surtout a velo. On s'imaginait des grosses avenues, avec une pollution insoutenable et pas grand chose d'interessant a voir. Bref, rien de tres attirant! Et finalement, nous decouvrons une ville sympa, avec de grandes pistes cyclables (deux voies de circulations reservées aux velos!), des gens souriants et accueillants qui font l'effort d'essayer de parler anglais (meme si cela se resume generalement a 2-3 mots), des petites hutong typiques ou il est agréable de se ballader, dans le silence, a quelques metres du centre ville et de la cite interdite...

La ville a parait-il beaucoup changé ces dernieres annees en vue des JO mais notre bref apercu de Pekin nous donne donc envie de decouvrir un peu plus la ville et la Chine.

En plein centre de cette ville de plusieurs millions d'habitants, des petites ruelles calmes loin de l'agitation des grandes avenues sovietiques: les hutongs
En plein centre de cette ville de plusieurs millions d'habitants, des petites ruelles calmes loin de l'agitation des grandes avenues sovietiques: les hutongs
Fondue chinoise
Fondue chinoise

On ne peut pas passer a Pekin sans aller voir la Cité interdite ! C'est ce qu'on se disait aussi.. mais en fait si, on peut surement et c'est pas forcement plus mal. Si vous aimez etre compressé, voir des centaines de casquettes rouges, jaunes etc.. courir partout, etre assourdi par les explications criées au mégaphone par une nuée de guides, vous faire pietiner par des armées de vieillards chinois maitrisant parfaitement la technique du pogo, alors cette visite est faite pour vous.

Sinon, mieux vaut se contenter d'un panorama depuis la colline de charbon (en face) qui laisse encore une place au mystere associé a ce somptueux palais royal des dynasties Ming et Qing.

La cité interdite vue de haut, dans le calme..
La cité interdite vue de haut, dans le calme..

Nous profitons aussi de notre passage a Pekin pour faire un petit saut sur la grande muraille : ce serait quand meme dommage de venir jusqu'ici sans aller se ballader dessus. On laisse donc nos velos chez Pierre et partons en bus pour parcourir a pied les 10 km de la portion de muraille entre Jinshanling et Sumatai a environ 120 km de Pekin. C'est la partie la moins touristique (nous ne croiserons pas plus de 10 personnes en 4h) et apres la visite de la cite interdite, on a pas vraiment envie de refaire un bain de foule... Nous ferons la ballade sur deux jours, ce qui nous permettra de faire un petit bivouac sur la muraille et de profiter des couleurs du lever et du coucher de soleil.

 

La grande muraille de chine joue aux montagnes russes
La grande muraille de chine joue aux montagnes russes

Les deux galeries d'images qui suivent presentent l'une la cité interdite l'autre la grande muraille. Vous saurez surement vous y retrouver.

Écrire commentaire

Commentaires : 4
  • #1

    Agnès de Nantes (mardi, 03 novembre 2009 17:42)

    La fondue chinoise a l'air fameuse. C'est cuit dans du bouillon ou de l'huile ? Avez vous réussi à tout manger ?
    Pour ma culture perso, au fait la muraille de chine ça séparait quoi de quoi ? Pas mal les ombres chinoises.
    Bises de maman

  • #2

    Michel (mardi, 03 novembre 2009 18:45)

    la fondue chinoise on dirait du jambon de Bayonne que l'on mange avec des baguettes, c'est étonnant cette spécialité, vous êtes sur d'avoir bien compris sur la carte !

  • #3

    Manue de Stras (vendredi, 06 novembre 2009 10:09)

    Pourquoi cette fois, on ne peut pas voir les ptites photos en grand ?? dommage... sympa les jeux de muraille, même en ptit !!
    Schuss...

  • #4

    Romain (jeudi, 12 novembre 2009 07:02)

    Alors, non on a pas bien compris la carte mais on la comprend jamais, on a pris comme toujours: Comme les voisins.
    C'est une fondue dans du bouillon, c'est pas du jambon de bayonne mais c'est du porc.
    On a (bien entendu) reussi a tout manger.
    Sinon le muraille de Chine a ete construite pour se proteger des envahisseurs du Nord a savoir principalement les Mongols et les Manchours quand la Chine etait malmenee par tous ces peuples guerriers.