Lhassa - Gyantse : 258 km, du 04/11 au 08/11

Comme vous vous en doutez, physiquement, le Tibet ne s'annonce pas comme la partie la plus facile du voyage. Il se trouve que les routes les plus jolies ne sont pas vraiment les plus plates. A nous les longues montées et descentes!

Contrairement a la Mongolie, ou nous essayions d'etre le plus autonome possible en nourriture, au Tibet nous avons choisi de ne pas nous charger (pour partir "leger" vers les cols) et de compter donc essentiellement sur les ravitaillement trouvés sur la route. Dans les villages on trouve normalement des petits boui-bouis qui nous servent des soupes de pates, du riz ou des "momo" (sorte de gros raviolis). Si on a pas de chance il n'y a que de la tsampa alors on fait avec.. La tsampa est l'aliment de base des tibetains, ils en mangent tous les jours, surtout le matin (les pauvres): c'est de la farine d'orge grillée que l'on mouille d'un peu de the au beurre de yak rance pour faire une pate. Dit comme ca, ca fait pas trop envie, mais c'est pas affreux non plus c'est juste tres bourratif et ca a pas trop de gout (pour avoir l'impression de voyager au Tibet nous vous invitons a manger un peu de farine en buvant un verre d'eau). Si on est sage on a le droit de rajouter un peu de sucre ou de remplacer le verre d'eau par un verre de biere.

Quand il n'y a vraiment pas de restaurant, on frappe chez les gens qui sont toujours ravis de nous offrir un peu de tsampa! 

Dans un des petits restaurant de bord de route. Ici, c'est la fete, nous aurons droit a une soupe de pates et des momos!
Dans un des petits restaurant de bord de route. Ici, c'est la fete, nous aurons droit a une soupe de pates et des momos!

La sortie de Lhassa est plutot plate mais quand on regarde les paysages aux alentours, on comprend vite que ca ne va pas durer.. Ca a au moins le mérite de nous remettre en jambes apres presque 15 jours sans vélo.

Ces premiers kilometres ne seront pas non plus de tout repos : entre les camions qui nous klaxonnent dans les oreilles (est-ce pour nous encourager ou pour nous dire de nous ranger sur le coté de la route?), les 4x4 de touristes, les convois militaires, et les voitures de flics qui nous suivent pendant plusieurs dizaines de metres avant de s'arreter a notre niveau pour nous crier un grand "hello" puis repartir (cf. article Permis Tibet, oui on sait c'est long et ya pas d'images..). On sera d'ailleurs impressioné par la quantité de camions militaires qui circulent sur cette route. On se demande ou ils vont : on les voit passer dans un sens, puis le lendemain ils passent dans l'autre sens..

On quitte toute cette circulation en prenant la route qui mene a Gyantse (et en quittant donc la 318 qui mene directement a shigatse, mais vous aurez compris). On peut alors profitez des paysages l'esprit tranquille (en faisant bien sur abstraction des cols qui nous attendent).

Cette portion de route se passe finalement sans probleme sous un magnifique ciel bleu et des temperatures particulierement douces (surtout quand on arrive de Mongolie!). 

Petite pause au bord de la Lhassa river juste apres la bifurcation vers Gyantse, et avant la montée vers le Kampa La
Petite pause au bord de la Lhassa river juste apres la bifurcation vers Gyantse, et avant la montée vers le Kampa La

Nous quittons donc rapidement la vallée pour prendre une route bien plus jolie, qui passe par des beaux lacs, de petits villages sympathiques, de somptueux sommets. Et 2 cols.

Pour s'acclimater convenablement (chacun sait qu'il est préférable de ne pas dormir a plus de 300m au dessus de sa derniere nuit a partir de 4000m d'altitude bien sur) nous effectuons la montée du Kampa La (1er col, a 4785m) en 2 jours, nos jambes nous remercient aussi. Finalement ce n'est pas si difficile, toute acceleration impromptue est impossible, mais en prenant notre petit rythme ca passe a l'aise. Bizarrement c'est plutot quand on descend de velo pour faire autre chose (monter la tente, aller remplir un bidon d'eau etc..) que la tete tourne, sur le velo ca va.

Le Karo La (le 2eme, a 5020m) est plus court, heureusement car on a un bon vent de face qui en plus de nous ralentir considerablement, nous gele les pieds et les mains.

Au pied du Kampa La, on quitte la vallée de la Lhassa river
Au pied du Kampa La, on quitte la vallée de la Lhassa river

Mais tous ces efforts sont largement recompensés par les paysages que l'on découvre. Et pour ne rien gacher, nous avons le droit a un magnifique ciel bleu depuis notre départ qui rend la balade encore plus agréable. Nous sommes aussi persuadés que le spectacle n'a pas la meme saveur quand on attend le col depuis des heures, qu'on le voit se rapprocher doucement a chaque coup de pédale, qu'on decompte les kilometres et les virages ou quand on descend simplement du bus pour prendre sa photo.

2 clampins qui gachent la magnifique vue sur les eaux turquoises du Yamdrok-tso (le lac) dominé au fond par le Noijing Kangsang, du haut de ses 7190m
2 clampins qui gachent la magnifique vue sur les eaux turquoises du Yamdrok-tso (le lac) dominé au fond par le Noijing Kangsang, du haut de ses 7190m

De maniere generale, nous trouvons beaucoup de similarités entre les Mongols et les Tibétains. Ces derniers se sentent d'ailleurs plus proches des descendants de Genggis Khan que des Hans (l'ethnie majoritaire a 90% en Chine). En plus de leur modes de vie, dictés par des climats rigoureux, ces peuples partagent aussi la meme religion (le bouddhisme, pour ceux qui feraient semblant de suivre) et le fait d'avoir eu une grande periode de gloire passée (n'oublions pas que l'empire Mongol fut le plus grand empire qui n'est jamais existé, allant de la Turquie a la Chine, et de la Russie au Tibet) qu'ils s'efforcent aujourd'hui de ne pas oublier. Une difference cependant, le nomadisme semble moins présent au Tibet: les maisons sont en dures, les cultures sont plus nombreuses et le betail moins important. En ce moment, on prepare l'hiver, l'heure est donc au derniers ramassages de foin qui nourrira les betes quand tout sera devenu blanc.

Travaux des champs sur les rives du Yamdrok-sto
Travaux des champs sur les rives du Yamdrok-sto

En quittant la route principale allant de Lhassa a Shigatse, on est rentré dans un Tibet plus rural. Les petits villages se succedent, certains a dominante chinoise (un peu comme des villes nouvelles ou plein de chinois sont venus s'installer) et d'autres beaucoup plus typiques, ou l'on retrouve une majorite de Tibetains. Les maisons sont construites en terre cuite pour les plus anciennes et en pierre pour les plus récentes. La porte d'entrée et les fenetres sont toujours richement décorées par des peintures et des tissus aux couleurs vives.

A la maniere des yourtes mongoles, les pieces des maisons sont agencées avec des canapés en périphérie et un poele au milieu. Les bouses de Yak sont, ici aussi, tres prisées pour faire chauffer le poele (on a testé pour faire un feu, sans trop de succes: a part faire de la fumée, on ne sait pas trop a quoi ca sert..). Du coup, on en retrouve un peu partout en train de secher et notamment sur les murs des maisons.

Petit village typique dans la campagne tibetaine
Petit village typique dans la campagne tibetaine

Pour nous le principal probleme reste la communication. On a deja du mal a faire comprendre qu'on aimerait bien manger du riz alors pour ce qui est grande discussion, c'est raté. C'est assez frustrant. Du coup on se rattrape quand on rencontre des tibetains qui parlent anglais, on les assome de questions, sur les changements du Tibet, la religion, la Chine etc..  Mais en dehors des villes c'est rare d'en trouver, pour l'instant on se contente donc des formules de politesse et des gestes mais on est vite bloqué.

Un petit réconfort apres avoir franchi le premier col du trajet
Un petit réconfort apres avoir franchi le premier col du trajet

A l'arrivée a Gyantse, nous faisons un peu de tourisme en visitant le fort et le monastere de la ville (rassurez-vous, on en profitera aussi pour se faire de bonnes bouffes et bien recuperer des efforts fournis). La visite du fort nous laissera perplexe: il n'y a aucun point de vente de billet a l'entrée et le portail est ouvert. Nous commencons la montée en pensant que la billeterie sera un peu plus haut mais nous arriverons finalement au sommet de la forteresse sans aucun probleme (et sans avoir payer d'entrée non plus, ce qui est plutot bizarre en Chine). Peut etre que nous n'avons pas pris la bonne entrée? Ou est-ce que la visite est interdite? Ca restera un petit mystere surtout que nous étions tout seul en haut de cette forteresse ou la vue sur Gyantse et sur son monastere est fantastique. 

Gyantse est peut etre la ville tibetaine la moins marquée par l'influence chinoise: en se baladant dans les petites ruelles du quartier tibetain, on retrouve une atmosphere de petit village de campagne ou le betail se promene dans les rues, ou les maisons sont richement décorées, ou les tibetains jouent a des jeux de dés traditionnels. La ville a quand meme droit a son quartier chinois avec ses grandes avenues et ses grands batiments.

 

Vue sur le monastere et le quartier Tibetain de Gyantse depuis le fort de la ville
Vue sur le monastere et le quartier Tibetain de Gyantse depuis le fort de la ville

La visite du monastere est agréable, meme si on est pas forcement fan de ce genre de visite (ben c'est vrai qu'on trouve que toutes les chapelles se ressemblent un peu alors quand il faut visiter un monastere avec 108 chapelles, on vous laisse imaginer l'attention toute particuliere que nous avons porté a chacune d'entre elles). Il n'empeche que certaines parties de la visite nous ont pas mal plu, a commencer par ce moine sortant des bruits bizarre en tapant au tambour dans une piece remplie de statues digne d'un  film d'horreur (desole pas de photo, mais un film viendra quand la censure chinoise sera derriere nous).

Ensuite l'ambiance qui regnait dans la salle de priere, avec une lumiere tamisé et des décorations colorées. Enfin, la visite s'est faite au calme, loin de la cohue du Potala (ou de la cité interdite) par exemple, ce qui n'est pas fait pour nous deplaire.

C'est la récré, les moines sont partis jouer un peu dehors
C'est la récré, les moines sont partis jouer un peu dehors

Écrire commentaire

Commentaires : 18
  • #1

    Flo la frangine (dimanche, 08 novembre 2009 20:28)

    Hola chicos !
    Même s'il doit faire un rien frisquet, je suis contente de voir que vous du beau temps !! C'est quand même plus agréable pour vous, et pour nous ça rend les photos encore plus belles !;)
    Vous avez l'air en forme et motivés, c'est cool, ça doit être le burger de yak qui vous a boosté un coup ! Les paysages sont vraiment magnifiques et saisissant, et je suis en admiration devant l'archtitecture et les constructions que vous croisez !
    Les ptits tibétains sont trop chous sur les photos (et le lapin rose des caniveaux aussi !;-) )
    Bises et courage pour la suite !!
    flo

  • #2

    Agnès ...de Nantes (lundi, 09 novembre 2009 20:28)

    papa se demande ce que tu manges Romain au p'tit déj avant d'attaquer les cols: du yak, de la tsampa,..."non merci moi je ne prend rien au p'tit déj"...
    Et une question rouge: pourquoi dans ce pays où il neige une partie de l'année, les maisons ont le toits plats ? C'est lourd non, la neige ?
    Merci de nous enchanter par vos commentaires et vos images souvent émouvantes;
    Bises de maman

  • #3

    mAx (mardi, 10 novembre 2009 13:15)

    Bravo à vous deux...
    Ca donne envie de (re)partir!!!!!
    je n'ai malheureusement pas de réponse à la question d'Agnès, ni de questions si pertinentes!!
    Bises bises et continuez, on vous lit!

  • #4

    Alban (mardi, 10 novembre 2009 13:52)

    Saviez vous qu'en altitude l'atmosphère est moins dense ce qui fait que la résistance de l'air est diminuée? Encore mieux si vous roulez moins d'une heure, vous êtes gagnants car le gain aérodynamique compense largement l'effort que vous devez rajouter dû au manque d'oxygène, mais seulement pour 1 heure!
    donc attendez vous à être à bout de souffle!

  • #5

    Alban (mardi, 10 novembre 2009 13:55)

    j'oubliais, c'est surtout vrai pour les descentes voire pour le plat!

  • #6

    Romain (jeudi, 12 novembre 2009 07:10)

    Pour ce genre de question difficile je prends mon Joker et j'appelle mon ami Wiki qui me dit rapidement que:
    "L'architecture tibétaine est caractérisée par la construction fréquente des maisons et des monastères sur des sites élevés et ensoleillés face au sud, et par la combinaison de divers matériaux : pierre, bois, ciment et terre. Les techniques de construction permettent de pallier la rareté des combustibles utilisés pour le chauffage : toits plats pour préserver la chaleur et fenêtres multiples pour laisser entrer la lumière du soleil." et meme que
    "Les murs sont habituellement inclinés de dix degrés vers l'intérieur et soutenus par des gros piliers faits de troncs d'arbres massifs, à titre de précaution contre les tremblements de terre, fréquents dans ce secteur montagneux."
    chose que nous n'avions point remarque mais que nous allons scrupuleusement observer maintenant..
    Pour l'auter question c'est plus facile, il y a de tres bons biscuits a tremper dans le the si celui-c n'est pas trop salé!

  • #7

    Joseph (vendredi, 13 novembre 2009 19:31)

    Merci de nous faire voyager avec vous dans de si beaux paysages et des lacs magnifiques, Nico as tu perdu ta canne à pèche, car je n'ai pas vu de photo de poisson?
    Continuez mais pas trop vite, on a du mal à vous suivre, ça monte !
    A+

  • #8

    marion (vendredi, 13 novembre 2009 21:45)

    superbe! ce doit être mangifique! les photos sont...;Waouh!
    voilà, pas très original tt ça mais ces photos sont vraiment touchantes et pleine de vie!
    merci

  • #9

    Manue (lundi, 16 novembre 2009 11:35)

    Magnifique !! tu n'as pas oublié tes oreilles de lapin roses Romain, nous voilà soulagé ;-) Des bises.

  • #10

    b.p.b.m. (lundi, 16 novembre 2009 19:03)

    ou allez vous arretez de plus en plus super les paysages commentaires au retour la cuisine francaise va etre infecte ou contraire nous attendons les prochains commentaires pour parfaire notre geo de l/asie surtout le nepal on connais un peu katmandou pou y avoir vu les sherpas au travail encore des belles photos a voir les commentaires sont nonbreux ici tout va bien ne vous arretez pas le tour de france arrive et celui d/italie apres" l/himalaya cela est super hier les cha&rlet sont venus tirer les becasses au bois nous avons passes un bon wend bon curage avous deux gros bisous b.p. b.m

  • #11

    jérôme (mercredi, 18 novembre 2009 16:52)

    Je viens de lire tout votre carnet de route depuis le début, sacré périple !! Mention spéciale aux photos, vraiment superbes !!
    Bientôt le Népal...

  • #12

    flo la frangine (mercredi, 18 novembre 2009 23:56)

    Wowowow, je ne sais pas exactement où vous êtes en ce moment, mais ça fait déja moult temps que je peux te souhaiter un joyeux anniversaire Romain !!!! Cumpleanos feliz !!
    Je ne suis pas sure que tu arrives à te trouver une bonne tarte aux pommes pour l'occasion.. ça sera tsampa et momo pour cette année !

  • #13

    Marion NPC (jeudi, 19 novembre 2009 11:09)

    Hey Romain!
    Encore et toujours merci de nous faire voyager avec vous! Et joyeux anniversaire !!!
    On se voit en Turquie, dernier week-end d'aout 2010 ???
    Bises

  • #14

    Alban (jeudi, 19 novembre 2009 13:05)

    Joyeux Anniversaire Romain! 27 ans! ça rigole plus maintenant!

  • #15

    mAx (jeudi, 19 novembre 2009 15:36)

    Beau Nanniv.....

  • #16

    Morgane et Antoine Au vietnam (vendredi, 20 novembre 2009 11:07)

    Salut, nous sommes 2 francais que vous avez croise a Oulan Bator. On vient de regarder la suite de votre parcourt et nous sommes tres admiratif. Nous on s'ennuie un peu,
    On aurait mieux fait de faire un voyage avec un moyen de locomotion comme vous, on est plus libre comme ca. Ce sera pour le prochain voyage

    En tout cas, on voit bien que vous vous eclatez et ca fait plaisir. Les photos sont superbes.

    Bon courage pour la suite. Morgane et Antoine

  • #17

    Vince BZH (dimanche, 31 janvier 2010 14:37)

    Depuis je chauffe au caca de Yak j'ai économisé 40 euros par mois !!!
    Et dépensé 70 euros par faire venir la merde jusqu'en Bretagne , pas vraiment rentable chez nous !!

  • #18

    Michel (mardi, 01 juin 2010 16:59)

    Pour les toits plats, l'explication est qu'il ne neige pas tant que ça en altitude à cause du froid intense en hiver, et quand il neige, et qu'il n'y a rien à faire sinon se terrer pour lutter contre le froid avec les bêtes souvent dans la même pièce, l'exercice de pelletage fait partie des activités hivernales.