Banbassa - Delhi : La "campagne" indienne du nord, 330km du 12/01 au 15/01

Quand nous sommes arrives en Inde, nous ne pensions pas que le changement avec le Népal serait tres important. Apres tout, les deux peuples partagent des habitudes alimentaires similaires, une religion : l'Hindouisme (et le bouddhisme dans les montagnes), l'aphabet sanskrit avec des langues qui se ressemblent etc. De plus, le terai népalais etant fortement influencé par son voisin indien, nous pensions que la transition passerait presque inapercue. Ce ne fut pas vraiment le cas!

Une fois la calme frontiere passée, nous avons été rapidement happés par le tourbillon indien, broyés, lessivés, déboussolés pour finalement échouer sur les rivages de la capitale qui, comble pour une ville de quelques 15 millions d'habitants, nous semblait presque un havre de paix...

Meme si les coins sont plus difficile a trouver, il est tout de meme possible de camper en Inde. Ici, coucher de soleil, non loin dune briqueterie
Meme si les coins sont plus difficile a trouver, il est tout de meme possible de camper en Inde. Ici, coucher de soleil, non loin dune briqueterie

La région traversée (sud de l'Uttaranchal et nord de l'Uttar pradesh) n'est pas touristique du tout, nous ne croiserons aucun visage occidental. L'attitude des indiens envers nous est toujours la meme: des regards lourds, de curiosité surement, mais sans aucune sympathie, sans une parole non plus si ce n'est quelques rires moqueurs pour les plus jeunes.. Cela nous change des centaines de saluts népalais quotidiens! c' est assez opressant mais nous n'y attachions pas plus d'importance. En revanche quand certains nous demandent ce que nous faisons ici puisque nous ne sommes pas indiens, cela nous laisse assez perplexe!

La main d'oeuvre etant tres nombreuse et peu chere, la recolte se fait a la main dans les champs.
La main d'oeuvre etant tres nombreuse et peu chere, la recolte se fait a la main dans les champs.

On nous avez prevenu qu'il est tres difficile de camper en Inde car il y a du monde partout. Mais nous avons quand meme reussi a planter la tente pas trop loin de la route par 2 fois, sans etre derangé. Ces moments de calmes sont agréables (et necessaire apres une éprouvante journée!).

En arrivant a la tombee de la nuit dans une grande ville, nous essayons aussi l'hotel: une petite douche de temps en temps c'est sympa aussi :-). Quelle surprise quand nous constatons qu'un par un, tous les hotels nous refusent sous des pretextes plus ou moins bidon (comme par hasard tous affichent complet ce soir la..). Au bout du 6eme, il a fallu etre un peu autoritaire pour qu'on nous accepte enfin, nous ne voulons pas passer la nuit dehors. La chambre est un sordide trou a rat mais on ne va pas faire les difficiles et tant pis pour la douche, on est plus a un jour pres.

Alors que nous demandons notre chemin, des passants (tres gentils au demeurant mais peut etre pas certain de comprendre notre requete) nous indiquent qu'il y a un panneau un peu plus loin. Certes...
Alors que nous demandons notre chemin, des passants (tres gentils au demeurant mais peut etre pas certain de comprendre notre requete) nous indiquent qu'il y a un panneau un peu plus loin. Certes...

Meme dans les restaurants, nous avons l'impression d'etre servi a contre-coeur et d'avoir des prix "speciaux"; ne voulant pas tomber dans la paranoia et essayant de trouver ce qui ne va pas nous redoublons d'effort pour etre sympathique mais le resultat est rarement concluant.

Le plus fatiguant reste la circulation. Finit la grande route du Nepal avec ses quelques bus ou camions, ici meme les petites routes de campagne sont remplies de semi-remorques nous envoyant sans scrupule dans le fosse. Finalement nous préferons opter pour l'autoroute, qui pour nous est gratuite tout de meme, au moins nous avons une belle bande d'arret d'urgence pour nous tout seul. Ou presque, on la partage aussi avec les charrettes a boeufs, les rickshaws qui vont en sens inverse... on reste en Inde tout de meme!

Un petit village de bord de route comme il y en a partout
Un petit village de bord de route comme il y en a partout

Finalement, pas vraiment enchantes par ces premieres journees, nous n'avons plus qu'une idee en tete: rejoindre Delhi au plus vite. Dans les coins touristiques ca doit bien etre different tout de meme!

Nous mettons donc les bouchees doubles et parcourons ces 330 km en seulement 3 jours, l'abord des routes n'invite pas vraiment a la pause bucolique!

Par endroit, la route est completement defoncée et des bouchons de camions se forment sur plusieurs km, chacun essayant de doubler l'autre tantot a droite, tantot a gauche. Ces passages sont de veritables parcours du combattant pour nous, au milieu de la poussiere et des gaz d'echappements, nous nous faufilons entre les masses de ferrailles, evitant les nids de poules et priant pour que les remorques ne se coincent pas.

Aaah le calme de l'autoroute, on s'y sent bien quand meme!
Aaah le calme de l'autoroute, on s'y sent bien quand meme!

A notre arrivee dans la capitale indienne, nous sommes bruns, de bronzage un peu certes (c'est vraiment l'été ici), mais surtout de poussiere et de pollution. Cette fois la douche va faire du bien!

Vous l'aurez compris cette arrivee jusqu'a Delhi fut un peu deroutante mais nous avons eu l'occasion de nous rendre compte depuis qu'il y a aussi des endroits bien differents et plus agreables!

Marché a bestiaux
Marché a bestiaux

Ah oui, nous avons aussi traversé le Gange, mais nous etions tellement abasourdis que meme la serenité du grand fleuve sacré ne nous a pas trop apaisé.

Ablutions dans le fleuve sacré
Ablutions dans le fleuve sacré
Commentaires : 1
  • #1

    Bruno (jeudi, 04 mars 2010 20:33)

    Allez, courage, vous connaîtrez d'autres étapes plus agréables.